De l'angoisse de conduire au plaisir de rouler


Se guérir de ses attaques de panique en voiture et ailleurs...























Articles à lire :

Attaque de panique                  

Fibromyalgie                            

Abus sexuel                               

Du mutisme à la parole           














































On les appelle attaques de panique ou crises d'angoisse. Au volant d'un véhicule ou bien installé côté passager, elles peuvent surgir à tout moment.

Selon les personnes, les symptômes divergent : le cœur se met à palpiter trop rapidement, des sueurs glissent sur la peau, la tête devient lourde prête à exploser, une boule au ventre se met à grossir, les membres s'engourdissent, des vertiges apparaîssent, etc….

On essaie de se raisonner… mais la raison ne suffit pas. C'est plus fort que soi, incontrôlable, ingérable.

Il s'en suit une peur panique d'un accident, on ne se contrôle plus.
Et la pensée même de cette peur va l'intensifier davantage.

Arrêt. S'arrêter absolument.

Pour de très nombreuses personnes dans cette situation, conduire devient impossible. Elles passent des mois, voire des années à trouver des solutions de remplacement : toujours sortir accompagné(e), prendre le bus, le vélo, le train, annuler des rendez vous parce que tout cela est trop contraignant,….

Les personnes qui n'ont pas connu cet état ne peuvent pas comprendre ; c'est simplement insaisissable, n'est ce pas.

Pour la plupart de celles que j'ai accompagnées afin de conduire à nouveau « normalement », il y a eu une relation entre un évènement marquant quelques temps avant les crises d'angoisse.

Exemples :

. j'ai assisté à un accident et j'ai vu quelqu'un mourir
. j'ai levé un secret de ma famille qui m'a boulversé
. j'ai été licencié et je me suis senti perdu
. Ma relation sentimentale s'est terminée
. On m'a fait un coup dans le dos que je n'ai pas avalé, ….

Dans ce cas, ce sont les émotions « non digérées » de l'évènement qu'il va s'agir d'effacer, de transformer, de libérer. Dans la majorité des situations, il y a un soulagement net dès la première séance de E.M.D.R.T, voire quelquefois suffisante pour reprendre la route apaisé.

Dans d'autres cas, les personnes ne font aucun lien avec une quelconque situation traumatisante.

Il y a pourtant, une relation de causalité avec les attaques de panique. On va alors aller chercher la cause autrement, celle qui a fait écho, c'est quelquefois un mot, une image, ou simplement une mise en situation du symptôme qui peut "résonner".

C'est en général une bonne clé à prendre pour ouvrir cette porte et effacer, se libérer de l'inconfort. Il n'est pas important d'en connaître le pourquoi. C'est là que le langage du corps intervient, par ses sensations, gorge serrée ou nœud dans le ventre, fourmillements, etc…Quelque chose est en train de s'exprimer !!

Après chaque action libératoire, force est de constater que l'intensité des sensations inconfortables diminue, jusqu'à disparaître. Les jours qui suivent la séance vont permettre à l'organisme "d'infuser" les nouvelles informations et d'accéder à un changement de comportement qui s'intègre progressivement pendant environ deux semaines.

Je me souviens de cette personne, Val, qui a résolu ses attaques de panique à travers un jeu de pions en couleurs lors de la première séance. Ils sont apparus dans son esprit de manière très désordonnée et bougeaient dans tous les sens. Après la séquence "action", les pions sont réapparus bien alignés et ne bougeaient plus, un peu comme s'ils avaient retrouvés leur juste place.

Conduire devenait plus confortable au bout de quelques jours, mais il restait cependant quelques peurs.

A la deuxième séance, la résolution s'est réalisée "dans un aquarium". Dans son esprit, Val se voyait dans sa voiture, à la place du conducteur, accompagnée d'un gros poisson assis dans le siège du copilote. L'ensemble était immergé dans un immense aquarium. Puis, un groupe de petits poissons "mordants" se sont mis à cogner sur le pare brise de la voiture, montrant de grandes dents.

La séquence "action expulsion" proposée à ce moment là, a comme "nettoyé" quelque chose dans son organisme. Les sensations se sont densifiées et montées vers la gorge, la bouche, pour sans doute se détacher.

A nouveau apaisée, Val se revoyait dans sa voiture et son aquarium géant. Le poisson "copilote" la regardait avec bienveillance et lui tendit la main qu'elle lui prit amicalement. D'autres petits poissons avaient pris le relais devant le pare brise, sympathiques ceux là, tout en couleurs, ils souriaient à Val en tournoyant.

L'atmosphère avait changé tout comme l'état intérieur de Val qui se sentait plus légère et calme.

Toutes les informations de cette seconde séance se sont "infusées" dans les cellules de Val durant quelques jours et elle a pu reprendre la route au volant de sa voiture, bien plus confiante et sereine.

On se dirait presque dans un film fantastique n'est ce pas !! Pour les personnes qui ont absolument besoin de comprendre ce qui s'est passé, il n'y a que des suppositions. Mais est ce vraiment important de comprendre ?

Peut être qu'il s'agit juste d'accueillir, là, les ressources formidables de l'être humain dans ses capacités à trouver ses propres solutions. Et des séances de ce type, je pourrais vous en conter un certain nombre. L'essentiel est d'aller mieux, n'est ce pas !!

Ainsi, il est possible de se libérer d'autres peurs irrationnelles telles que l'agoraphobie, l'émétophobie, la claustrophobie, etc.... et retrouver le plaisir de vivre.